Archives par mot-clé : Religions

L’écoféminisme – Une intersectionnalité globale et radicale

L’écoféminisme est une remise en cause fondamentale de la manière dont fonctionne notre société (au sens de la société dominante : patriarcale, raciste et capitaliste). Il propose, comme outil de lutte et comme objectif (les moyens de nos luttes sont la préfiguration de nos effets recherchés), de revaloriser notre rapport à la nature.
L’écoféminisme vise l’abolition de la toute-puissance de l’espèce humaine sur ce qui l’entoure, ainsi que de toutes les formes de domination et d’exploitation (intersection classe-race-genre).

L’écoféminisme est né dans les années 1980, dans le cadre des luttes antinucléaires. Les textes écoféministes (lire l’anthologie « Reclaim » aux éditions Cambourakis) ne proposent pas de définition abstraite ou savante du mouvement, certains n’emploient pas le terme. C’est de manière empirique et non a priori que sont connectés dans ces textes les enjeux féministes et écologiques – à travers la redécouverte de l’histoire de la destruction croisée, au cours de la modernité, des femmes et de la nature.

L’écoféminisme n’est certainement pas monolithique, mais je me propose ici de partager ce qu’elle signifie pour moi.

L’écoféminisme me semble être une pensée extrêmement radicale, du fait qu’elle fait le lien entre les multiples et complexes causes et conséquences imbriquées de l’état des chose actuel qu’il s’agit de mettre à bas :
Opposition nature et culture, corps et intellect / Questions sociales et écologiques / Sacré et toute-puissance / Savoirs, cultures, ethnocentrisme / Racisme, colonialisme, impérialisme / Exploitation, maîtrise et capitalisme / Autonomie et émancipation / Religions instituées et sciences / Intersectionnalité et dominations.

Continuer la lecture de L’écoféminisme – Une intersectionnalité globale et radicale

La tolérance religieuse aux États-Unis

Dans l’émission La fabrique de l’histoire, Denis Lacorne est venu parler des « frontières de la tolérance », le titre de son livre publié chez Gallimard. Il nous parle notamment de la tolérance religieuse aux États-Unis.

Les extraits ci-dessous sont nécessairement sortis de leur contexte.

Continuer la lecture de La tolérance religieuse aux États-Unis

Le djihadisme est un mouvement de résistance

Je reproduis ici un excellent entretien du quotidien suisse Le Temps avec Jacques Baud, un ancien analyste des services de renseignements stratégiques suisses. Il y parle des causes géopolitiques des violences terroristes qui atteignent aujourd’hui les pays occidentaux, et notamment la France.

Cette analyse serait à compléter par des éléments de politique intérieure, afin de comprendre pourquoi ces causes géopolitiques sont aujourd’hui appropriées par des personnes nées et vivant en France, prêtes à mourir dans le cadre de cette guerre dans laquelle ils s’engagent.

Continuer la lecture de Le djihadisme est un mouvement de résistance

Histoire du mouvement ouvrier chrétien

Je reproduis ici l’annexe au livre de Paul Masson « Chemins et mémoires », dans laquelle il présente l’évolution du mouvement ouvrier chrétien.

Je conseille la lecture de son livre, dans lequel il décrypte l’ensemble de sa vie d’adulte, son parcours professionnel et son engagement dans l’éducation populaire. À travers son expérience personnelle, i donne un éclairage sur l’histoire sociale de l’après-guerre à nos jours, et sur la façon dont se construit la « culture » en chacun de nous.
« Chemins et mémoires », de Paul Masson, aux Éditions du Petit Pavé.
Visitez le site web de Paul : http://paulmasson.atimbli.net

Continuer la lecture de Histoire du mouvement ouvrier chrétien

La République, l’islam et la laïcité – Médiapart

Islamophobie, engagements militaires de la France à l’étranger, arrogance française sur fond d’un sacré républicain, laïcité, mondialisation, quartiers populaires, récit national français, essentialisation de populations, faiblesse humaine, multuculturalisme, rationalité vs rationalisme, éducation, invisibilisation des musulmans, polémique chrétienne anti-musulmane, humour et poésie blasphématoire chez les musulmans, modernité archaïsante, laïcité d’incompétence vs laïcité d’intelligence, gouvernants incultes, terrorisme, mondialisation balkanisante, économisme, minorités musulmanes innovantes et modernes…

Jocelyne Dakhlia, Régis Debray, Edgar Morin, Benjamin Stora, Edwy Plenel et Frédéric Bonnaud ont débattu le 22 janvier en direct de Médiapart sur le thème « La République, l’islam et la laïcité ».

Voir la vidéo ci-dessous.
Je vous en propose une retranscription partielle juste après, l’idée étant de vous donner envie de regarder le débat en entier !

Continuer la lecture de La République, l’islam et la laïcité – Médiapart

Le point de vue d’un neuropsychiatre sur l’attentat à Charlie Hebdo

Le point de vue de Boris Cyrulnik, neuropsychiatre, sur l’attentat à Charlie Hebdo.

En vidéo. Et je vous en propose des extraits choisis, l’idée étant de vous donner envie de visionner la vidéo…

Continuer la lecture de Le point de vue d’un neuropsychiatre sur l’attentat à Charlie Hebdo

« Je suis Charlie » : ne pas se faire récupérer

Nous sommes dans un contexte douloureux et confus. L’ « union nationale » prônée par nos chers dirigeants n’exclue pas d’intégrer l’extrême-droite (et, que le FN soit présent ou non, les idées d’extrême-droite y seront représentées), excluant par là-même celles et ceux qui se sentent mis en danger par elle.

Par ailleurs, le slogan « Je suis Charlie » est utilisé également et sans complexe par l’extrême-droite. À ce titre, je ne peux pas l’utiliser.

Comment témoigner de sa solidarité sans se faire récupérer par l’union nationale tricolore ?

Je relaie ici un certain nombre de slogans, qui ne sont pas parfaits non plus (par définition, un slogan est réducteur…), mais qui ne sont récupérables :

  • Ni par les intégristes qui trouvent que Charlie Hebdo l’avait bien mérité.
  • Ni par les islamophobes qui veulent que les musulmans s’excusent pour l’acte de terroristes, et qui défilent contre « l’islamisation de la France ».

Continuer la lecture de « Je suis Charlie » : ne pas se faire récupérer