Archives par mot-clé : Capitalisme

L’écoféminisme – Une intersectionnalité globale et radicale

L’écoféminisme est une remise en cause fondamentale de la manière dont fonctionne notre société (au sens de la société dominante : patriarcale, raciste et capitaliste). Il propose, comme outil de lutte et comme objectif (les moyens de nos luttes sont la préfiguration de nos effets recherchés), de revaloriser notre rapport à la nature.
L’écoféminisme vise l’abolition de la toute-puissance de l’espèce humaine sur ce qui l’entoure, ainsi que de toutes les formes de domination et d’exploitation (intersection classe-race-genre).

L’écoféminisme est né dans les années 1980, dans le cadre des luttes antinucléaires. Les textes écoféministes (lire l’anthologie « Reclaim » aux éditions Cambourakis) ne proposent pas de définition abstraite ou savante du mouvement, certains n’emploient pas le terme. C’est de manière empirique et non a priori que sont connectés dans ces textes les enjeux féministes et écologiques – à travers la redécouverte de l’histoire de la destruction croisée, au cours de la modernité, des femmes et de la nature.

L’écoféminisme n’est certainement pas monolithique, mais je me propose ici de partager ce qu’elle signifie pour moi.

L’écoféminisme me semble être une pensée extrêmement radicale, du fait qu’elle fait le lien entre les multiples et complexes causes et conséquences imbriquées de l’état des chose actuel qu’il s’agit de mettre à bas :
Opposition nature et culture, corps et intellect / Questions sociales et écologiques / Sacré et toute-puissance / Savoirs, cultures, ethnocentrisme / Racisme, colonialisme, impérialisme / Exploitation, maîtrise et capitalisme / Autonomie et émancipation / Religions instituées et sciences / Intersectionnalité et dominations.

Continuer la lecture de L’écoféminisme – Une intersectionnalité globale et radicale

Construire l’autonomie – Se réapproprier le travail, le commerce, la ruralité

Je reproduis ici la préface du livre « Construire l’autonomie – Se réapproprier le travail, le commerce, la ruralité », publié par l’Offensive Sociale et Libertaire (OSL) en 2013 aux éditions L’échappée, dans la collection Pour en finir avec.

Dans ce livre, dont je vous conseille la lecture, on trouvera quatre parties :

  • Travail, quel sens ? Revaloriser les savoir-faire et la culture de métier
  • Un commerce sans capitalisme. Retrouver de l’autonomie dans les échanges
  • Nous voulons la terre ! La ruralité comme espace de résistance
  • Précaires pourquoi ? S’affranchir de la dépendance économique

Continuer la lecture de Construire l’autonomie – Se réapproprier le travail, le commerce, la ruralité

Un monde immonde engendre des actes immondes – Par Saïd Bouamama

Après le texte de Julien Salingue, je relaie celui de Saïd Bouamama : « ne pas renoncer à penser face à l’horreur ».

Ce texte a été publié le 15 novembre par Saïd Bouamama sur son blog, dont je conseille fortement la lecture :
https://bouamamas.wordpress.com

Continuer la lecture de Un monde immonde engendre des actes immondes – Par Saïd Bouamama

Vos guerres, nos morts – Par Julien Salingue

Je relaie ici un texte de Julien Salingue qui, je trouve, permet de prendre du recul et de porter une analyse politique sur les événements tragiques de ce vendredi 13 novembre à Paris. À lire absolument.

Cet article est publié sur son blog que je vous invite à suivre : http://resisteralairdutemps.blogspot.fr

Continuer la lecture de Vos guerres, nos morts – Par Julien Salingue

La démocratie en question(s) – Loïc Blondiaux

Je vous propose mes quelques notes prises lors de l’intervention de Loïc Blondiaux sur le thème « La démocratie en question(s) ».

Cette intervention a eu le lieu le 17 novembre 2014, lors d’une journée organisée par le Cnajep sur le thème « Agir sur le monde par une action citoyenne : l’éducation populaire ouvre la voie des possibles ».

Continuer la lecture de La démocratie en question(s) – Loïc Blondiaux