Archives par mot-clé : Divertissements

L’injonction sexuelle, nouvelle aliénation

[Spécial St-Valentin]

Ovidie a participé à partir de la fin des années 1990 au mouvement du féminisme pro-sexe, qui invitait les femmes à prendre en main leur propre plaisir, à se libérer de leurs complexes, à ne plus être des objets sexuels, mais des êtres sexuels, actives et autonomes. Considérant suicidaire de laisser la pornographie uniquement aux mains des hommes, elle a participé à créer et proposer une pornographie non-sexiste.

Aujourd’hui, elle fait le bilan et nous livre ce documentaire, dans lequel les témoignages de « native numeric » dessinent une nouvelle aliénation : l’obligation d’être sexuellement libéré-e, qui entraîne des comportements dont l’objectif n’est ni le plaisir ni l’émancipation, mais la conformation à une nouvelle norme sociale. Ce qui constitue incontestablement une forme nouvelle de l’oppression patriarcale.

Continuer la lecture de L’injonction sexuelle, nouvelle aliénation

Divertir pour dominer

« La culture de masse contre les peuples ».
Regroupement, aux éditions L’échappée, d’articles parus dans la revue L’offensive traitant de différents thèmes liés à une culture de masse conçue comme un pur et simple divertissement, dans toutes les acceptions du terme :

  • Cassez vos écrans : la spectacularisation du monde
  • Homo publicitus : une domestication quotidienne
  • On hait les champions ! Contre l’idéologie sportive
  • L’horreur touristique : le management de la planète
  • Contre-culture versus divertissment

Pour vous donner envie de lire ce livre et, plus largement, la revue L’offensive (qui, malheureusement, n’existe plus, mais les anciens numéros valent le détour), j’ai noté ci-dessous les extraits qui m’ont le plus marquée au cours de ma lecture…

Continuer la lecture de Divertir pour dominer

De l’éducation populaire à sa domestication par la « culture »

« Il y a cinquante ans, le général de Gaulle présidait à la création du ministère des affaires culturelles. La naissance de cette institution a précipité le déclin d’un autre projet, à présent méconnu : l’éducation politique des jeunes adultes, conçue dans l’immédiat après-guerre comme un outil d’émancipation humaine. Pour ses initiateurs, culture devait rimer avec égalité et universalité. »

Par Franck Lepage, ancien directeur du développement culturel à la Fédération française des maisons des jeunes et de la culture. Auteur et interprète de la conférence théâtrale L’éducation populaire, Monsieur, ils n’en ont pas voulu…, 2007 (Le Cerisier, Cuesmes, Belgique), et ancien membre de la coopérative d’éducation populaire Le Pavé.
A lire sur le site du Monde diplomatique, mai 2009