Castoriadis

« Se reposer ou être libre » : de l’éducation à la citoyenneté, par Cornelius Castoriadis

Entretien avec Daniel Mermet (Là-bas si j’y suis), en 1996 (et toujours tellement d’actualité). Malheureusement, l’entretien n’est plus en ligne…

En lire des extraits que j’avais relevés :

Aristote donnait la définition suivante : « Est citoyen quelqu’un qui est capable de gouverner et d’être gouverné ».

Aujourd’hui, en matière d’éducation à la citoyenneté, on procède à une contre-éducation : là où il faudrait apprendre et habituer à gouverner, on apprend et on  habitue à déléguer.

L’éducation active des citoyens ne peut se faire que par leur participation active aux affaires. Or aujourd’hui les institutions ne sont pas prévues pour que les citoyens participent activement aux affaires. Pour former réellement des citoyens, il faudrait donc commencer par modifier les institutions.

Dans la démocratie athénienne, les représentants étaient tirés au sort, car tous ceux qui étaient citoyens étaient réputés être capables de gouverner, et étaient éduqués pour cela. La politique n’est pas une affaire de spécialistes, car il n’y a pas de science de la politique, il n’y a que des opinions (doxa). Les opinions se valent, et c’est d’ailleurs la seule justification raisonnable du principe majoritaire.

Dans la démocratie athénienne toujours, les élections servaient à choisir les spécialistes, c’est-à-dire ceux qui allaient occuper des postes techniques. Il s’agissait alors de choisir les meilleurs. Cela nécessitait une éducation des citoyens électeurs, et également le pouvoir de révoquer les élus qui remplissaient mal leur mission.

Aujourd’hui, la démocratie représentative consiste à élire des personnes auxquelles on va déléguer notre pouvoir de gouverner. Se faire élire suppose savoir se battre pour cela, cette « qualité » n’ayant rien à voir avec celle de savoir gouverner. La démocratie représentative n’est pas une vraie démocratie.

2 réflexions au sujet de « « Se reposer ou être libre » : de l’éducation à la citoyenneté, par Cornelius Castoriadis »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.