Archives par mot-clé : Démocratie

Appel du réseau des Crefad aux artisans de la formation !

Je reproduis ci-dessous l’appel qu’adresse le réseau des Crefad aux artisans et artisanes de la formation (publication initiale ici).

Le Réseau des CREFAD est la coordination nationale des associations qui se reconnaissent dans des valeurs communes en référence au Manifeste de Peuple et Culture : l’éducation populaire, la laïcité, la lutte contre les inégalités, injustices, habitudes et intolérances, la référence à l’entraînement mental, tout en prenant en compte les évolutions du monde et des techniques et le fait économique de nos associations inscrites dans l’économie solidaire. Ses membres travaillent les thèmes de l’accompagnement, de la formation des adultes, de l’habiter, de la vitalité des territoires ruraux, de la jeunesse, de la création d’activités, de l’interculturel, du rapport à la lecture et à l’écriture. Ils œuvrent en réseau pour se renforcer, s’inspirer les uns des autres, se soutenir mutuellement, construire ensemble du neuf.

Cet appel définit ce que doit être la formation selon les principes et les visées de l’éducation populaire. À ce titre, il est extrêmement précieux et il peut nous servir de boussole dans nos activités.

À lire et à relire 🙂

Continuer la lecture de Appel du réseau des Crefad aux artisans de la formation !

Empowerment et féminisme noir – Joice Berth

Je conseille la lecture de cet excellent ouvrage de Joice Berth, traduit du brésilien et publié en 2019 par les éditions Anacona. Je vous en donne ici quelques extraits afin de vous mettre l’eau à la bouche…

Ces notes que j’ai prises reflètent les réflexions qui sont les miennes au moment où j’ai lu cet ouvrage. Je les prends car noter me donne l’impression de mieux retenir et m’imprégner d’une pensée qui m’apporte. Je les partage car elles existent, et car cet ouvrage me semble d’un grand intérêt pour les questions dont traite ce blog, éducation populaire / émancipation / transformation sociale. Cependant, je ne prétends pas que ces notes soient le reflet exact ni même fidèle de la totalité des propos de l’autrice. Si ce que vous grapillez ci-dessous vous intéresse, je vous invite à lire le livre !

Les passages à la ligne signifie une courte ellipse de ma part par rapport à la phrase précédente. Un saut de ligne signifie une ellipse importante. Les mises en valeur en gras sont de mon fait.

Bonne lecture !

Continuer la lecture de Empowerment et féminisme noir – Joice Berth

Murray Bookchin : Communalisme et municipalisme libertaires

Je reproduis ici un article de Paul Boino qui décrypte les idées de Murray Bookchin et les analyse à l’aune des idées communistes libertaires. Un article publié en 2001 sur le site https://libertaire.pagesperso-orange.fr et qui n’a rien perdu de sa pertinence.

Murray Bookchin : Communalisme et municipalisme libertaires

En pour, en contre, le municipalisme libertaire ne laisse pas indifférent…

Dangereuse déviation réformiste pour les uns, re-formulation pertinente et nécessaire de la praxis antiautoritaire pour les autres, la proposition formulée il y a maintenant plus de vingt ans par Murray Bookchin (voir AL 230) a provoqué et provoque encore des réactions extrêmement contrastées au sein du mouvement libertaire. Les prises de position radicale, assenées à grands coups d’arguments péremptoires, conçus moins pour convaincre ou débattre, que pour dénigrer ou exalter, pour glorifier ou flétrir, se sont succédé et agitent encore, de temps à autres, le landerneau anarchiste.

À regarder ainsi s’affronter tenants et adversaires du municipalisme, un candide pourrait croire qu’il s’agit d’un enjeu de toute première importance.

Continuer la lecture de Murray Bookchin : Communalisme et municipalisme libertaires

Confusionnisme : que penser d’Étienne Chouard ? (par exemple)

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je suis prêt à me battre pour que vous puissiez le dire ». Voltaire

Certain-es poussent de hauts cris en invoquant « la liberté d’expression » quand d’autres affirment ne pas avoir de tolérance à l’égard de l’extrême-droite et de celles et ceux qui colportent leurs idées.

Mais être démocrate, ce n’est pas se taire et laisser-faire quand des personnes diffusent des idées ou agissent contre la démocratie, l’égalité, la liberté. Être démocrate, c’est au contraire lutter contre cela.

Quel rapport avec Étienne Chouard ?

Continuer la lecture de Confusionnisme : que penser d’Étienne Chouard ? (par exemple)

De la démocratie dans un régime de critique démocratique

Quand des mouvements qui se disent « ni droite ni gauche » critiquent la démocratie : quelles sont les conséquences de la confusion et du flou de leurs valeurs ? Pour quel modèle de société luttent-ils ? Quand la seule utopie semble être une « nouvelle constituante » ou la mise en place du tirage au sort, et qu’au nom de cela sont passées sous silence voire méprisées la lutte, les rapports de classes et de domination, la saisie des moyens de production, la grève et le droit de grève, la manifestation et le droit de manifestation. Quand in fine tirer au sort est plus important que voter contre Le Pen…

Je relaie ici un article de Antonin Grégoire & Nadia Meziane, publié le 6 août 2018 sur le site Lignes de crêtes.

Continuer la lecture de De la démocratie dans un régime de critique démocratique

Nous ne revendiquons rien

Je reproduis ici un texte de Johann Kaspar, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par les éditions Senonevero.

La brochure est disponible en téléchargement ici.

Dans ce texte, Johann Kaspar nous propose une vision de ce que signifient les revendications : elles justifient la lutte en même temps qu’elles en préfigurent la fin, puisque la lutte est censée cesser quand les revendications sont satisfaites. À l’inverse, les luttes sans revendications, souvent insurrectionnelles et enragées, et qualifiées avec mépris d' »émeutes », s’élèvent contre le « tort en soi » qui est subi, et qu’une simple réforme ne saurait suffire à réparer. Les luttes sans revendications refusent de respecter les « règles du jeu », de prendre les formes « convenues » du conflit social, celles qui présupposent qu’il est néfaste de détruire des biens matériels, et qu’il faut faire des demandes précises pour pouvoir avancer. Si elles semblent , dans leur forme, en contradiction avec leur objectif (puisqu’elles ne présentent pas de revendication qui pourrait être satisfaite, elles sont qualifiées de « suicidaires »), peut-être qu’au contraire plus cohérentes que les luttes réformistes, puisqu’elles assument que la réelle opposition ne saurait se résoudre grâce à un simple pansement. Cependant, on ne peut éluder la question de leur efficacité, puisqu’elles restent généralement soit le fait de groupes ultra-minoritaires, soit des moments insurrectionnels très limités dans le temps et ne construisant pas d’organisation durable pour la lutte.
C’est donc sans aucun doute dans un aller-retour perpétuel et une complémentarité que luttes avec et sans revendications doivent lutter ensemble, et faire vivre les tensions qui les opposent, pour aller vers une nécessaire transformation sociale radicale de la société.

 

Continuer la lecture de Nous ne revendiquons rien

Un guide pour le lobbying anti-Trump

D’ancien-nes attaché-es parlementaires étatsunien-nes ont sorti en janvier 2017 un guide nommé :

« Indivisibles : un guide pratique pour résister au programme de Trump »

Ayant eux-mêmes constaté les effets du lobbying réalisé par le Tea Party, et la façon dont celui-ci a réussi à empêché l’administration Obama a réaliser un certain nombre de réformes, ces ancien-nes attaché-es parlementaires partagent les principes et méthodes auxquelles ils ont été confronté-es, afin qu’ils puissent être cette fois être utilisés contre l’administration de Donald Trump. Un guide pragmatique pour un lobbying efficace. Pas banal.

J’en reproduis ici des extraits en français, non pas pour reconstituer la méthode, mais pour souligner les points qui m’ont marquée. En effet, on y voit à quel point le combat est avant tout organisationnel, et non pas politique.

Ce guide et un grand nombre d’autres ressources sont consultables sur le site https://www.indivisibleguide.com

Continuer la lecture de Un guide pour le lobbying anti-Trump

Macron – Le Pen : seule la lutte paie !

Le Pen et Macron sont au second tour. Que faire ?

Ces deux candidats ne nous promettent que des régressions sociales. Pour empêcher ces régressions, qui font le terreau de l’extrême-droite, seule la lutte paie : ce n’est que par nos mobilisations au quotidien et au long cours que nous pouvons faire bouger les choses.

Si le libéralisme est le terreau du fascisme, il n’est cependant pas possible de mettre les deux sur le même plan. Si aucune voix ne doit aller au FN, l’idée de voter Macron pour faire « barrage au FN » est insupportable à beaucoup. S’abstenir, c’est garder ses mains propres et faire (peut-être) baisser la légitimité de Macron une fois élu, mais c’est aussi se reposer sur les votes des autres et faire confiance aux sondages… Si je me demande si s’abstenir n’est pas un privilège de Blancs classe-moyenne, la seule chose dont je suis sûre c’est qu’il faut nous investir dans les luttes pour transformer la société. Car il va nous falloir lutter. Or, dans cette lutte, Le Pen sera quand même une adversaire encore pire que Macron. Je ne suis pas sûre qu’avoir le sentiment d’avoir « les mains propres » nous sera d’une quelconque aide pour mener cette lutte (peut-être même, au contraire, que le sentiment d’avoir « bien fait » en s’abstenant pourrait en pousser certain-es à trouver leur engagement suffisant ?). J’aimerais être sûre que les votant-es feront barrage au FN, et que moi je pourrai garder les mains propres : mais accepterai-je que ce soient les sondages qui décident de ce que je ferai le 7 mai prochain ?

Je répertorie ci-dessous des communiqués d’organisations syndicales et militantes. Toutes insistent le plus souvent sur le fait que la réelle perspective est celle de la lutte et des mobilisations.
Les organisations syndicales insistent sur le mot d’ordre « Pas une voix au FN » car cela n’est, on le sait, parfois pas évident pour les salarié-es ni même pour leurs adhérent-es, et que c’est en effet la priorité (CGT, Solidaires, FSU, Sud PTT) (voir le vote analysé par préférence syndicale, très intéressant : ici)
Les organisations politiques et militantes laissent chacun-e se débrouiller avec le dilemme, car leurs sympathisant-es et adhérent-es sont déjà convaincus de ne pas voter FN (Alternative Libertaire, NPA, La Horde, Groupe Salvador-Segui).

Bon dilemme à tou-tes (entre Macron et abstention), et surtout rendez-vous le 1er mai dans la rue. La rue et les mobilisations où, là, nous devons nous engager sans hésiter.

Continuer la lecture de Macron – Le Pen : seule la lutte paie !

Paulo Freire et l’éducation populaire

En 2017, cela fait 20 ans que Paulo Freire s’en est allé. Lors des 10 ans de sa mort, Alfonso Torres Carillo écrivait cet excellent article, publié dans la revue EAD – Education des Adultes et Développement.

L’éducation populaire et Paulo Freire sont indissociables. Alfonso Torres Carillo commence par rappeler succinctement le contexte historique et le parcours de Freire, avant de présenter plus longuement les piliers de sa pensée sur lesquels, à son avis, l’éducation populaire repose. Pour terminer, il développe certaines idées autour de l’actualité de ce courant pédagogique, notamment la conviction qui est encore la nôtre que l’éducation permet de créer et de construire «d’autres mondes possibles». Cet article a été rédigé sur la base de textes écrits par Freire ou à son sujet, ainsi que sur ses propres expériences et réflexions en tant qu’éducateur populaire.

Continuer la lecture de Paulo Freire et l’éducation populaire