Archives par mot-clé : Community Organizing

Syndicalisme de classe & action collective émancipatrice en Union locale

Le syndicalisme-révolutionnaire est le courant fondateur de la CGT, qui s’est créée en 1902 par la fusion entre la Fédération nationale des syndicats et la Fédération des Bourses du travail (dont le secrétaire général était l’anarchiste Fernand Pelloutier). Ce regroupement a entraîné la double structuration syndicale telle qu’elle existe encore aujourd’hui, croisant une structuration en unions locales et départementales, parallèle à une structuration par industries (ou par entreprise). La Charte d’Amiens quant à elle a été adoptée en 1906 par le 9e congrès de la CGT, sous l’influence de ces courants syndicalistes-révolutionnaires. Elle définit le principe
d’autonomie du syndicalisme ainsi que celui de la double-besogne.

Les Bourses du travail de Fernand Pelloutier étaient le cadre de pratiques militant-es d’éducation populaire ambitieuses et dynamiques. Aujourd’hui, les syndicalistes-révolutionnaires continuent de défendre et de mettre en œuvre ces pratiques, notamment dans le cadre des Unions locales et départementales, qui sont les héritières des Bourses du travail.

Les CSR, Comités Syndicalistes Révolutionnaires, regroupent des militant-es syndicalistes révolutionnaires. Leurs textes permettent de mieux comprendre ce qu’est le syndicalisme révolutionnaire. La brochure « Construire et animer une Union locale », réalisée en 2010 par des militant-es des CSR, est extrêmement intéressante à ce sujet, et permet de voir le lien direct et fondamental qui existe entre les pratiques et philosophies du syndicalisme-révolutionnaire et de l’éducation populaire. Cette brochure vise à défendre une conception de l’Union locale (UL) comme un cadre de pratiques collectives interprofessionnelles de lutte et d’éducation populaire. Ces pratiques ont également beaucoup en commun avec les principes qui sous-tendent les principes du community-organizing étatsunien. Le côté « éducation populaire » se retrouve surtout dans la fin de la brochure, mais l’ensemble de celle-ci invite à adopter des postures militantes qui sont celles de l’éducation populaire : lutter contre la séparation entre celleux qui pensent, celleux qui font, celleux qui décident, c’est-à-dire lutter contre notre tendance à reproduire la division sociale du travail et la délégation de pouvoir, socles des logiques capitalistes et bourgeoises, afin de construire ensemble, dès aujourd’hui dans nos pratiques et donc avant tout dans nos organisations, notre émancipation. Les CSR se présentent en fin de brochure (à retrouver à la fin du présent article).

Les extraits que je propose ci-dessous sont une sélection des contenus qui m’ont particulièrement intéressés (et il y en a beaucoup). Ces extraits sont nécessairement sortis de leur contexte : si certains points ci-dessous vous intéressent ou vous interrogent, je vous invite à vous référer au texte complet.
Les sous-titres et les mises en exergue (en italique et en gros) sont de mon fait, et proposent une grille de lecture qui se veut complémentaire à la titraille d’origine (en gras et en gros).

La brochure peut être demandée en écrivant à syndicalistes@gmail.com. A priori elle n’est plus disponible sur le site des CSR, mais peut-être le sera-t-elle bientôt à nouveau, et dans tous les cas il y a de nombreux textes très intéressants à y découvrir pour nourrir nos pratiques et réflexions.

Continuer la lecture de Syndicalisme de classe & action collective émancipatrice en Union locale

La lutte des Young Lords contre l’intériorisation de la « mentalité colonisée »

Dans le livre « Young Lords – L’histoire des Black Panthers latinos (1969-1976) » (éditions L’échappée, 2017, 254 pages, 19€), Claire Richard nous fait découvrir, grâce à des extraits d’entretiens qu’elle a réalisés et de publications de l’époque, l’histoire et la lutte méconnue des Young Lords. Ces jeunes militant-es, enfants étatsunien-nes de l’immigration portoricaine, ont mené au début des années 1970 une lutte pour l’émancipation et contre le capitalisme en commençant par ramasser les poubelles dans El barrio, quartier portoricain de New-York, puis en développant la santé communautaire. Le livre donne une image très concrète de leur action militante, et notamment de leur conviction de la nécessité de « faire la révolution dans la révolution », c’est-à-dire de traquer en soi (individuellement et collectivement) les structures de la domination.

Je reproduis ici quelques extraits traitant en particulier de la construction d’une fierté collective (celle qui nous rend capable de rêver à un changement, et de lutter pour le faire advenir), ainsi que de la lutte contre la « mentalité colonisée » (intériorisation de l’infériorité).

Un livre à lire…

Continuer la lecture de La lutte des Young Lords contre l’intériorisation de la « mentalité colonisée »

Agir de manière concrète et révolutionnaire

Je reproduis ici un texte écrit par un groupe militant belge, l’Union Communiste Libertaire Bruxelles, et publié sur leur blog.

Dans ce texte, les militant-es reviennent sur leur action concrète pendant la période de pandémie, et interrogent leur capacité à s’investir sur le plan social et à développer le pouvoir populaire. Iels reprennent les principes du syndicalisme révolutionnaire (« fight where you stand » : bats-toi où tu te trouves) et du dualisme organisationnel (c’est-à-dire la nécessité de s’organiser sur deux plans : sur le plan idéologique en tant qu’anarchistes, mais aussi, de manière tout aussi importante, sur le plan social en tant qu’exploité-e-s et dominé-e-s [travailleurs-euses, femmes, racisé-e-s, minorités sexuelles …], et avec elleux). Iels se basent sur deux cas concrets : les collectifs de Santé en Lutte, et les Brigades de Solidarité Populaire.

À lire ci-dessous !


Révolution & pouvoir populaire en temps de pandémie : quand la crise sanitaire bouscule l’action révolutionnaire

Depuis plus de deux mois, le mouvement révolutionnaire, à l’instar des classes populaires, est confronté à une crise sanitaire majeure. Le déclenchement de la pandémie et les mesures sanitaires qui l’ont suivi ont radicalement impacté nos capacités d’action. Loin de nous décourager ou de nous rendre apathiques, cette situation devrait au contraire nous pousser à remettre en question nos pratiques et nos stratégies pendant la crise, mais aussi et surtout, après la crise sanitaire. L’objectif de cet article n’est pas de tirer un bilan global de l’impact de la pandémie sur le mouvement révolutionnaire, mais de mettre en évidence ce qui, pour nous, militant-e-s communistes libertaires, constitue une nécessité en termes de militantisme, à savoir l’investissement sur le plan social et le développement du pouvoir populaire.

Continuer la lecture de Agir de manière concrète et révolutionnaire

Plongée critique dans « Rules for Radicals » de Saul Alinsky

Les éditions Le Poing – Presse Libertaire nous proposent une brochure extrêmement argumentée intitulée « Quelles règles pour les radicaux ? Plongée critique dans Rules for Radicals de Saul Alinsky ».

Analysant la posture d’entrepreneur politique, de professionnel de la radicalité, l’auteur va chercher dans l’ouvrage d’Alinsky Rules for Radicals de quoi analyser l’idéologie et les pratiques de ce dernier.

Télécharger cette brochure.

En lire quelques extraits :

Continuer la lecture de Plongée critique dans « Rules for Radicals » de Saul Alinsky

Activisme / Mobilisation / Organisation

Les organizers étatsunien-nes font une différence nette entre :

  • Activisme : être actif-ve soi-même dans les luttes, présent-es aux réunions, aux manifestations, aux actions. Mais sans être capable de ramener du monde avec soi.
  • Mobilizing : faire descendre du monde dans la rue autour d’une cause préexistante, organiser de larges mouvements d’opinion publique, mais qui n’ont pas forcément de suite. Par exemple : Marche des femmes, Marche pour le climat, etc.
  • Organizing : le lent travail d’organisation, qui se fait en prenant en compte quelles sont les préoccupations des gens, et qui place comme priorité la démarche de s’organiser collectivement sur la durée.

Continuer la lecture de Activisme / Mobilisation / Organisation

Radicaux, réveillez-vous ! Saul Alinsky

Les éditions du Passager clandestin viennent de publier, pour la première fois en France, une traduction du premier livre de Saul Alinsky, le théoricien du community organizing : « Radicaux, réveillez-vous ! », publié initialement en 1946.

Je n’avais encore jamais lu ce livre. J’ai lu en revanche de nombreux autres écrits d’Alinsky, et cela fait bientôt 2 ans que je suis moi-même organisatrice en community organizing. On trouve ici trace de tout cela. Si le community organizing est source d’inspiration pour les luttes collectives et pour l’éducation populaire, et si les autres écrits de Saul Alinsky sont très intéressants, ce livre m’a beaucoup surprise… et déçue. Voici pourquoi.

Continuer la lecture de Radicaux, réveillez-vous ! Saul Alinsky

Un guide pour le lobbying anti-Trump

D’ancien-nes attaché-es parlementaires étatsunien-nes ont sorti en janvier 2017 un guide nommé :

« Indivisibles : un guide pratique pour résister au programme de Trump »

Ayant eux-mêmes constaté les effets du lobbying réalisé par le Tea Party, et la façon dont celui-ci a réussi à empêché l’administration Obama a réaliser un certain nombre de réformes, ces ancien-nes attaché-es parlementaires partagent les principes et méthodes auxquelles ils ont été confronté-es, afin qu’ils puissent être cette fois être utilisés contre l’administration de Donald Trump. Un guide pragmatique pour un lobbying efficace. Pas banal.

J’en reproduis ici des extraits en français, non pas pour reconstituer la méthode, mais pour souligner les points qui m’ont marquée. En effet, on y voit à quel point le combat est avant tout organisationnel, et non pas politique.

Ce guide et un grand nombre d’autres ressources sont consultables sur le site https://www.indivisibleguide.com

Continuer la lecture de Un guide pour le lobbying anti-Trump