AL - Dossier EP

Dossier spécial sur l’éducation populaire

Le numéro d’été du mensuel d’Alternative Libertaire comprend un dossier de 16 pages sur l’éducation populaire que j’ai coordonné.

Il a été en vente tout au long des mois de juillet et d’août 2015. Désormais, il est à retrouver en ligne sur le site d’Alternative Libertaire.


Sommaire

Édito :
– Partout, l’éducation populaire
Histoire :
– 200 ans de volontarisme et de tentatives de domestication
– Quand les auberges de jeunesse étaient subversives
Théorie :
– Qu’est-ce que l’éducation populaire, au juste ?
Pratiques :
– De nos colères communes, apprendre ensemble (Joackim Rebecca)
Salariat :
– Dévouement militant : gare à l’arnaque
Secteur institutionnel :
– Agréé par l’État, soumis au marché
– Dans les marges : la nouvelle vague
Lutte des classes :
– Quand le syndicat fait école
International :
– Touristes, nous ? jamais
– États-Unis : Des hobos aux organizers
– Community organizing : Le pragmatisme d’outre-Atlantique (Julien Talpin)
– Brésil : l’œuvre éducative des sans-terre (Federação Anarquista do Rio de Janeiro)
Éducation nationale :
– Des grains de sable dans l’engrenage (Gregory Chambat)
Quartiers populaires :
– Travailleurs sociaux entre bonne conscience et action politique
– Se réapproprier les MJC, c’est possible
– Politiques de la ville : faut montrer patte blanche !
– Grenoble-La Villeneuve : précieuse street-fighteuse (association Mme Ruetabaga)
Culture :
– Oui, le papier peut trancher
Féminisme :
– L’autonomie, c’est la santé
– Une éducation en tous genres (Irène Pereira)

Édito

La conception libertaire du progrès social repose sur l’émancipation individuelle et collective des individus. Elle n’a rien à voir avec l’avant-gardisme ou une vision autoritaire.
C’est pourquoi les questions éducatives sont centrales pour les libertaires, bien au-delà du strict système scolaire : tout au long de la vie, les individus sont appelés à former leur conscience politique et à s’émanciper des mécanismes de domination. C’est précisément cela, l’objectif de l’éducation populaire, dont les pratiques sont inscrites dans l’ADN du mouvement libertaire.
L’éducation populaire n’existe pas «  en soi  ». C’est un processus qui peut se retrouver dans des lieux très divers – et au contraire être absent de lieux qui, pourtant, s’en réclament.
Cette démarche, telle que nous la concevons, est forcément politique : elle consiste à décrypter les rapports de domination, à prendre conscience de la place que l’on occupe dans la société, à apprendre à se constituer collectivement en contre-pouvoir, à expérimenter sa capacité à agir.
Ce qui est visé, ce n’est pas seulement le développement ou l’épa­nouissement personnels  : c’est bien l’émancipation individuelle et collective, et la transformation de la société.
Ce dossier spécial essaie de faire le tour de la question.
Il dresse l’historique des différentes approches de l’éducation popu­laire en France, part chercher des courants analogues hors de l’Hexagone – l’expression « éducation populaire » semble en effet n’exister qu’en français – et définit un certain nombre de concepts.
Il propose également un voyage dans les lieux où l’on peut trouver – ou pas – de telles pratiques : dans le secteur agréé « Jeunesse et Éducation populaire », au sein du système scolaire, dans la sphère du travail, sur les lieux de production et de transmission de culture et dans les quartiers popu­laires.
Adeline

Une réflexion au sujet de « Dossier spécial sur l’éducation populaire »

  1. Excellent dossier
    – p 11 l’intro est plus explicite qu’une définition
    – p 12-13 L’histoire est très claire dans sa concision.
    – Très clair également les pages 14 et 15 « Qu’est-ce que l’éducation populaire, au juste ? »

    Un N° a conserver.

    Paul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.